samedi 4 septembre 2010

Apple dématérialise la musique.

Logos itunesPour la version 10 d'iTunes, Apple change le look de son application musicale : une icône sans CD.

La Pomme ne roule plus pour les marchands de disques (un objet désormais obsolète !), mais revendique la vente de la culture dématérialisée.
Musique, films, émissions radio, séries télé, livres et jeux ; tout est désormais à vendre chez Apple... sans aucun support matériel.


En effet, depuis le premier iPod inventé en 2001, le logiciel iTune s'est enrichi de nombreuses fonctions :
- affichage des photos (en synchronisation avec iPhoto),
- visualisation des vidéos,
- écoute des émissions radio en "podcasts" (terme laborieusement traduit en "baladodiffusion" par les francisateurs),
- jeux et applications diverses : les "iApp" qui ont fait de l'iPod la console de jeux la plus vendue !

Et enfin, pour l'iPad
- lecture de livres numériques.

Tout cela pour faire de l'iphone et de l'iPad les "multimédia players" capable de tout faire sur internet (Web, Emails) et de tout lire : Musiques, Podcasts, Photos, Vidéos, Jeux et applications les plus diverses.

----
Sources :
- Apple "Apple présente l'iTunes 10"
- Apple | Keynote du 1er sept 2010
- Allo Musique "iTunes participe à la mort du CD"
- PC Inpact "Francisation de l'informatique, la suite. En pire"

1 commentaire:

Ferdinand a dit…

Justement cousin, c'est ça que je trouve un peu flippant : la dématérialisation de la musique. Son absence de support. Quand on est, comme moi, un amoureux de la musique ce n'est pas seulement le son que l'on aime mais aussi l'objet. Le rapport sensuel que l'on entretenait vis à vis du 33 tours est une perte difficile à avaler. La beauté des pochettes, le cérémonial de l'ouverture du disque puis de la sous-pochette blanche...
De plus, et là encore il est question de matière, jamais on a retrouvé le relief sonore qui était l'apanage du vinyl. Le même morceau, sur une platine ou numérisé, n'est plus du tout le même morceau.
Et enfin, pour en venir aux bouquins, je dois avouer que je ne trouve rien de plus beau qu'une bibliothèque richement fournie pour décorer une pièce.
Bises,
Ferdo.